dimanche 16 avril 2017

Croc Blanc (Jack London)



Dans le Grand Nord sauvage et glacé, un jeune loup apprend à lutter pour la vie. Les premiers hommes qu'il rencontre, des Indiens, le baptisent Croc-Blanc. Auprès d'eux, il connaît la chaleur du feu de camp, mais aussi le goût du sang. Racheté par un Blanc cupide, il est dressé pour le combat et découvre la haine. Un homme pourtant le sauve de cet enfer. Croc-Blanc lui vouera un amour exclusif.

260 pages


Croc-Blanc dont le titre original est White Fang est un roman de l'écrivain américain Jack London, il fut publié aux États-Unis en 1906 et publié pour la première fois en France en 1923.
Le roman a été adapté plusieurs fois au cinéma et nous raconte l'histoire d'un chien-loup né à l'état sauvage d'une mère croisée chien et loup et d'un père loup. 
Ce livre est classé en littérature jeunesse, et j'ai trouvé l'histoire très manichéenne il est vrai, mais surtout très violente pour les plus jeunes. 
Il n'empêche que j'ai adoré suivre Croc-Blanc dans toutes ses pérégrinations. 
Jack London nous raconte le grand Nord, le Wild, la nature sauvage, les chiens de traîneaux, les meutes de loup, leurs codes, leurs mœurs, l'apprentissage par sa mère de Croc-Blanc, ses découvertes de la nature en tant que jeune louveteau. Et puis une nouvelle vie auprès des indiens avec d'autres codes et apprentissages. Tout ce qui fera la construction de sa personnalité et de sa perception du monde. Malheureusement ses maîtres exempt de toute affection vis à vis de lui et même coutumier de violence vont en faire un tueur. Qui n'aura aucune confiance ni en les hommes ni en sa propre race canine. Où il faut tué ou être tué, mangé ou être mangé.
De longues descriptions du monde sauvage et brut du Nord, la neige, le froid, la brutalité des hommes et des bêtes mais avec quelle écriture. Je découvre Jack London et je me dis que j'aurais dû le faire avant. J'ai aimé de bout en bout cette histoire à la fois pleine de cruauté et d'humanité.


mercredi 12 avril 2017

Super Cagoule (Antonin Louchard)

Un jour d'hiver, une petite poulette râle. Pour avoir bien chaud, il faut mettre sa cagoule mais la cagoule ça gratte, ça gratte, ça gratte !
Sur son chemin, elle tombe nez à nez avec un loup affamé. Grâce à sa cagoule rouge, elle se fait passer pour le petit chaperon et grâce à sa malice, la poulette va réussir à échapper à la bête féroce. En lui faisant croire que sa cagoule a de super pouvoirs elle va faire d'une pierre deux coups : se débarrasser de son couvre-chef qui lui pique la tête et échapper au loup !

Pauvre petite poulette, obligée de porter une cagoule. Un vrai engin de torture, qui gratte, qui pique et qui démange. Alors qu'elle est occupée à râler, elle rencontre un loup, qui évidemment, souhaite la manger. Mais notre poulette n'est pas follette et grâce aux supers pouvoirs de sa cagoule, elle échappera au loup. 

Des dialogues croustillants, une poulette râleuse, un loup crédule : Antonin Louchard fait mouche avec cet album succulent. 


Note : 4.5/5

Petit Loup gentil (Nadia Shireen)

Pour être un grand méchant loup, il faut :
Hurler à la lune
Souffler sur les maison
Dévorer les gens 
Maxou, lui, est un petit loup gentil. Il est toujours aimable et adore faire des gâteaux. Mais dans les histoires, le loup le loup n'est pas petit et gentil, il est plutôt grand et méchant...




Maxou est un petit loup gentil, serviable et aimable. 
Un jour, il rencontre un Grand Méchant Loup qui lui enseigne comment devenir cet être que tous redoutent. 
Maxou essaya, essaya et essaya encore.

Un chouette album qui fait la part belle au fait d'être comme on est et de s'accepter ainsi. 

De belles illustrations, une chute rigolote et... surprenante. 


Note : 4/5

mardi 11 avril 2017

Ma vie de Courgette (Claude Barras)


Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.





Wouaw, une belle claque que ce film d'animation !
Je comprends qu'il ait reçu autant de prix et de récompenses. 

Icare est un orphelin placé en foyer parmi d'autres enfants en situation difficile. Petit à petit, il va devoir faire sa place, s'ouvrir aux autres, surmonter sa tristesse et sa douleur.

Un film émouvant et poignant. Mais drôle aussi. 

On y côtoie la dureté de la vie, des situations dramatiques, mais avec toujours cet espoir, comme ce cerf-volant que Courgette aime faire voler. 

Des dialogues savoureux, des personnages touchants. Un beau message qui passe. 

Gros coup de coeur !


Note : 5/5

lundi 10 avril 2017

Chroniques d'une sorcière d'aujourd'hui, 1 Isabelle (Angèle Delaunois)


« C’est alors que je ressentis à nouveau la vibration qui accompagnait SA présence. Je levai les yeux. Bellotte se balançait devant moi, molle comme une grande poupée de chiffon, un peu transparente. Elle était pendue au grand lustre à pendeloques par une écharpe de soie enroulée plusieurs fois autour de son cou. Ses grands yeux noirs me regardaient fixement. Son visage était paisible, presque étonné. Mon Dieu, elle avait l’air si jeune ! »

Max et Isabelle avaient longuement planifié leur voyage en Bretagne, la terre de leur grand-père Legall. À dix-sept ans, ils pouvaient partir sans les parents. Au début, tout a été fantastique. Mais ça s’est gâté le jour où un monstrueux orage les a obligés à se réfugier au Manoir de Bellotte…



Un livre qui patientait depuis longtemps dans ma PàL. Il aurait bien fait d'y rester. 

Une histoire inintéressante, un style décousu et simplet.

Je n'ai pas apprécié cette lecture.


Note : 0/5

samedi 8 avril 2017

Du sel sous les paupières (Thomas Day)


Saint-Malo, 1922. Sous la brume de guerre qui recouvre l’Europe depuis la fin de la Grande Guerre, Judicaël, seize ans, tente de gagner sa vie en vendant des illustrés. Mais, pour survivre et subvenir aux besoins de son grand-père, il lui arrive de franchir légèrement les bornes de la légalité. Jusqu’au jour où il rencontre la belle Mädchen. Et lorsque celle-ci disparaîtra, Judicaël fera tout pour la retrouver, en espérant qu’elle n’ait pas croisé la route d’un énigmatique tueur d’enfants surnommé le Rémouleur.

304 pages



Un livre qui ne m'a pas plu. Je n'ai pas accroché et du coup je m'y suis ennuyée. Une histoire qui ne m'a pas emballée, longue et platonique. De plus je n'ai pas trouvé les personnages très attachants. Bref un "flop" pour moi

Note : 2.5/5 

jeudi 6 avril 2017

L'île des oubliés (Victoria Hislop)


Alexis, une jeune Anglaise, ignore tout de l'histoire de sa famille. Pour en savoir plus, elle part visiter le village natal de sa mère en Crète. Elle y fait une terrible découverte : juste en face du village se dresse Spinalonga, la colonie ou l'on envoyait les lépreux... et ou son arrière-grand-mère aurait péri.
Quels mystères effrayants recèle cette île des oubliés ? Pourquoi la mère d'Alexis a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la bouleversante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets...



Une lecture commencée il y a quelques mois et que j'avais peine à poursuivre. Une page par-ci une page par-là, mais je perdais le fil de l'histoire. Je l'ai reprise dernièrement et ai prolongé l'expérience en livre audio.

Une magnifique histoire. 

Un mélange de saga familiale et de mémoires. On plonge dans la vie d'Alexis, dans son passé, dans les secrets de sa famille. Par la voix de Fotini, une merveilleuse conteuse, on va retracer la vie des ancêtres d'Alexis. 

Dépaysement total en voyageant jusqu'en Crète où l'on découvre cette colonie de lépreux, cette île abandonnée, oubliée et ses habitants. 

Un très beau récit sur l'exclusion des lépreux, leurs conditions de vie. Un beau voyage à travers le temps.


Note : 4.5/5

mercredi 5 avril 2017

La petite faim de Groloulou (Géraldine Collet, Sébastien Chebret)

Ce matin, Groloulou a une faim... de loup ? Mangera-t-il 1 petit Chaperon rouge ? Non, le Chaperon est trop rusé. Et ces 2 lapereaux ? Ils sautent bien trop haut ! Et les 3 petits cochons ! Trop tard, ils sont à la maison... Tiens, voilà 4 brebis. Zut, elles rentrent à la bergerie. Groloulou va ainsi compter jusqu à 10. Trouvera-t-il de quoi remplir son ventre qui gargouille ? 





Groloulou est affamé. Au fil des pages de cet album, il va tenter de déguster des lapereaux, des brebis, des hérissons... tout en comptant jusqu'à 10.


Ludique pour compter avec les petits, une histoire rigolote aux illustrations amusantes. 

Un album qui a beaucoup plus aux petits de Né pour lire.

Groloulou finira-t-il pas manger le petit Chaperon ? Je vous laisse lire cet album pour le découvrir.

Une série très sympathique et dynamique. A conseiller pour tous les petits. 


Note : 4.5/5

lundi 3 avril 2017

Cherche et trouve : chats et chiens (Kirsteen Robson, Gareth Lucas)

De nombreux chats et chiens, ainsi que d'autres animaux, à repérer, compter et comparer. Les illustrations très colorées et les jeux d'observation proposés séduiront les enfants. Ils auront plaisir à résoudre les énigmes visuelles en famille ou entre amis. 

Beaucoup d'humour et des détails à dénicher dans cet album.

Un album très amusant qui plaira aux petits comme aux grands.

Il n'est pas toujours évident de trouver les mille et un détails demandés mais à force de persévérance, on y arrive (pour les plus flemmards, les solutions sont à la fin de l'album). 

De belles illustrations, colorées et rigolotes.

Une chouette réussite que cet album. Je me réjouis de l'utiliser lors d'une animation Né pour lire. 


Note : 4.5/5

samedi 1 avril 2017

Le monde de Rocannon (Ursula K. Le Guin)

Cette planète sans nom du système stellaire de Fomalhaut est l'enjeu d'un conflit entre la Ligue de tous les mondes et un Ennemi inconnu. Cinq espèces intelligentes se la partagent. Aucune n'a dépassé le niveau féodal. Certaines communiquent par la pensée. Rocannon, ethnologue, y est envoyé par la Ligue afin d'observer les peuples qui l'habitent avant l'arrivée d'une mission technologique qui assurera le développement de la société la mieux placée.
Mais l'Ennemi surgit de l'espace avant que le plan ne soit accompli.
Avec une poignée de compagnons, Rocannon, devenu Olhor l'Errant, le Seigneur des étoiles, va entreprendre de chasser les envahisseurs.

Ursula Kroeber Le Guin plus généralement appelée Ursula K. Le Guin —, née le 21 octobre 1929 à Berkeley en Californie, est un auteur américain de science-fiction et de fantasy.

Elle a écrit des romans, des nouvelles, des poèmes, des livres pour enfants et des essais. Elle est surtout connue depuis les années 1960 pour ses nouvelles et romans de fantasy et de science-fiction dans lesquels elle se distingue par son exploration des thèmes anarchistes, taoïstes, féministes, ethnologiques, psychologiques ou sociologiques.

Le monde de Rocannon est à la fois roman de SF et de Fantasy. Heureux mélange, les vaisseaux spatiaux et les hippogriffes font partie de l'histoire.
Roman de l'écrivain Ursula K. Le Guin, il a été publié en 1966 aux États-Unis puis en 1972 en France.
C'est le premier tome du cycle de l'Ekumen ou cycle de Hain.

Rocannon, seigneur des étoiles, à la suite de sa rencontre avec Semlé va s'intéresser à son monde d'origine. La prise de contact entre les deux héros, va se faire dans « Le Collier » qui est en prélude dans le livre. Le bijou que Semlé veut récupérer fera partie de la suite de l'histoire bien des années plus tard. Car Semlé deviendra un mythe.

Belle écriture que celle d'Ursula Le Guin, je regrette bien de ne pas l'avoir lue plutôt, surtout que dans les années 70, je lisais facilement de la SF, la fantasy étant moins connue. L'histoire en elle-même est bien tournée mais c'est l'écriture de notre auteur qui fait le tout. Le vocabulaire, le style porte l'histoire, on s'imagine facilement nos héros dans leur quête pour libérer leur monde de l'ennemi. On découvre les différentes espèces qui peuplent ce monde à travers leurs pérégrinations. La télépathie fait partie aussi de leur mode de communication.
C'est un ouvrage lyrique avec des descriptions envoûtantes qui ont une connotation poétique.

J'avais découvert Ursula Le Guin dernièrement avec les trois premiers tomes de Terremer, et avec celui-ci c'est une autre facette que je découvre, le mélange harmonieux de la SF/fantasy. La suite avec La planète d'exil.


Note : 5/5